21 March 2018 Posted By : Hélène Buzzetti

Ottawa présente un projet de loi pour resserrer le contrôle des armes à feu

Et c’est reparti : le polarisant débat entre tenants et opposants d’un contrôle serré des armes à feu a repris mardi, alors que le gouvernement libéral de Justin Trudeau a dévoilé son projet de loi restaurant certaines mesures qu’avaient abolies les conservateurs de Stephen Harper. Ottawa envisage même d’aller plus loin, jonglant avec l’idée d’interdire les publicités aux accents militaires et d’instaurer la déclaration obligatoire de tout achat de masse.

Le projet de loi C-71 apporte cinq modifications principales au contrôle actuel des armes à feu. D’abord, il resserre les vérifications de sécurité menées pour déterminer si une personne est admissible à un permis d’armes à feu en permettant aux autorités de fouiller tout le passé du demandeur, et non seulement les cinq dernières années de sa vie, pour retrouver la trace de condamnations criminelles ou d’épisodes de maladie mentale avec violence.

Ensuite, le C-71 oblige tout vendeur, même un particulier, à vérifier que son acheteur détient un permis d’arme à feu avant de procéder à la transaction. Les conservateurs avaient rendu optionnelle cette vérification. La vérification auprès de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), par téléphone ou Internet, est « très simple » et ne prend que « quelques minutes », ont assuré les fonctionnaires lors d’une séance d’information. Une fois la vérification faite, un numéro de référence est donné, numéro qui est consigné par la GRC. Ce numéro assurera par ailleurs, dans une certaine mesure, la traçabilité des armes.

En effet, si le projet de loi fait en sorte que les entreprises devront conserver des registres de leurs ventes (indiquant quelle arme a été vendue à quel détenteur de permis), cette obligation ne s’étendra pas aux particuliers qui revendent leurs armes. Or, selon les fonctionnaires, dans le cadre d’une enquête impliquant une arme, les policiers retrouveraient le premier acheteur grâce au registre du commerce puis suivraient la piste grâce à ces numéros de référence.

Quatrièmement, les libéraux annulent une réforme mise en oeuvre par les conservateurs qui faisait en sorte qu’une personne obtenant l’autorisation d’acquérir une arme à autorisation restreinte ou prohibée obtenait de facto le droit de la transporter. Les libéraux limitent cette autorisation automatique pour le transport de l’arme du magasin au domicile de l’acheteur et du domicile au champ de tir. Tout autre transport devra obtenir une autorisation spécifique. Enfin, Ottawa rétablit le pouvoir de la GRC de classifier les armes. Les conservateurs avaient rapatrié ce pouvoir entre les mains du politique.

Le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, croit que ce projet de loi sera bien accueilli, car il représente un bon équilibre. « Il y aura des gens qui argueront que ce que nous faisons ne va pas assez loin et d’autres qui diront exactement l’inverse, que nous allons trop loin. Je crois que nous avons une proposition pratique et sensée. »

De fait, le groupe PolySeSouvient juge timide le projet de loi, car il permet encore la libre circulation de certaines armes d’assaut et oblige les policiers à obtenir un mandat afin de consulter les registres des commerçants. Dans un communiqué de presse, Heidi Rathjen estime que C-71 ne fait que le « strict minimum », dont « l’objectif premier n’est pas de maximiser la sécurité publique, mais de minimiser le mécontentement du lobby des armes à feu ».

À l’inverse, les conservateurs estiment qu’Ottawa tente de restaurer un « registre des armes à feu par la porte arrière » en instaurant une obligation pour les commerçants de consigner leurs ventes. « Ils veulent rendre cette information disponible à qui ? On aimerait le savoir », a lancé la députée Candice Bergen.

De tels registres de vente ont été obligatoires de 1979 à 2005. Plusieurs entreprises en tiennent d’ailleurs encore volontairement. En vertu de C-71, les policiers pourront les consulter après avoir obtenu un mandat judiciaire. C’est ce qui amène la Coalition canadienne pour le droit aux armes à feu à être plus mitigée dans sa critique. « Soyons très rationnels ici, a dit la porte-parole Tracey Wilson. S’ils pouvaient entrer dans un magasin et dire “Donnez-moi vos livres” et pouvaient ensuite les consigner quelque part, oui, ce serait comme un registre. Mais je ne considère pas cela comme un registre s’ils ne peuvent consulter les livres que pour voir une entrée à propos d’une arme en particulier. »

Mme Wilson dénonce néanmoins l’obligation d’obtenir un permis de transport pour se rendre, par exemple, à une exposition d’armes ou chez le réparateur. Pour sa part, Mme Bergen ne s’insurge pas de l’obligation faite aux vendeurs de vérifier la validité du permis d’arme de leurs acheteurs ou de fouiller tout le passé d’un demandeur de permis. « C’est raisonnable. »

Le député montréalais Nicola Di Iorio reconnaît que le risque est réel que ce projet de loi fasse perdre des plumes au Parti libéral dans certaines régions du Québec. « Le premier ministre est très conscient de l’état de vulnérabilité dans lequel ça place des députés », a-t-il indiqué. Le Nouveau Parti démocratique, pour sa part, s’est dit a priori content du projet de loi.

Read more...

views : 999 | images : 1 | Bookmark and Share


Enter your comment below



Leave a Reply

TORONTO BOOK PUBLISHING

Most Popular

HealthToronto's racialized, low-income communities have higher rates of coronavirus cases

Data collected by the City of Toronto around COVID-19 cases shows that low-income residents ha [...]

03 July 2020

GamingWatch out for the pitfalls of online gambling

The world of online gambling is filled with mysteries, legends, and pure misinformation. We’ve al [...]

03 July 2020

HealthToronto's top public health official wants city to consider quarantine facility for COVID patients who can't isolate at home

Toronto’s top public health official is recommending that the city establish a quarantine fac [...]

03 July 2020

Health'Go straight home': B.C. premier concerned Americans abusing border exemption

VANCOUVER -- Reports that U.S. residents are vacationing in British Columbia as their country [...]

03 July 2020

BuzzPopular buffet restaurant is shutting down all locations in Canada

A popular buffet joint is closing all its Canadian locations after being temporarily closed sinc [...]

03 July 2020